Nos voyants vous répondent
au 01 75 75 91 05

Jalousie : comment ne plus la subir

Ventre noué, sourcils froncés, palpitations cardiaques et des envies de meurtre vous traversent l'esprit ? Si ça vous parle, pas de doute vous êtes jaloux(se) ! La jalousie cache souvent frustrations, doutes et manque de confiance en soi. Si elle peut-être amusante et attendrissante elle peut vite devenir maladive et empoisonner votre couple.

Consulter un medium peut rassurer

Wanda Dumas, voyante explique :

« Si la jalousie envahit votre vie, il ne faut pas rester dans l'incertitude et laisser la situation se dégrader. Le premier pas est de prendre conscience que ce sentiment, à un certain degré, est un poison pour celui qui la vit, mais aussi pour celui qui la subit ». Elle souligne : « Si le mal-être persiste il faut envisager de se faire accompagner. Consulter un médium va vous rassurer ou confirmer vos doutes. Avant de faire cette démarche, soyez conscient(e) que la réponse donnée n'ira peut-être pas dans le sens de vos attentes. Etes-vous certain(e) de pouvoir le gérer ? Prenez le temps d'y réfléchir et de vous préparer à la réponse ».

« Cette solution ne peut concerner que la jalousie ponctuelle. Dans les cas de jalousie maladive, il y a aujourd'hui des thérapies brèves qui vont vous aider à cibler la cause et vous donner les moyens de rétablir votre équilibre intérieur face à ce problème », conclut Wanda.

>>>> Avez-vous de bonnes raisons d'être jaloux(se) ?

Une souffrance qui touche les hommes et les femmes

 La jalousie est un sentiment où le doute, la crainte et l'anxiété envahissent un individu. Pour Rina Novi, psychologue, la jalousie repose sur un manque de confiance en soi et sur une comparaison incessante avec l'autre : « Les femmes se comparent entre elles pour s'assurer de leur féminité. Quant aux hommes c'est de leur virilité qu'il est question. Par conséquent le moindre comparatif peut provoquer la jalousie dès lors qu'elle les renvoie à leur propre image, valorisante ou dévalorisante. »

Le premier conseil qu'elle dispense est de ne jamais se comparer aux autres car cela peut engendrer des comportements excessifs. « Cela peut conduire à des manifestations exacerbées de l'humeur, le sentiment d'être rejeté(e), de ne pas être à la hauteur des attentes du partenaire, etc. D'où des cris, des larmes, voire parfois des violences verbales ou physiques qui ne font que traduire l'impuissance du jaloux à sortir de sa propre souffrance. »
Alors comment vaincre ce mal ? Comment rassurer une personne habitée par la jalousie ? Il faut tout d'abord comprendre les raisons d'une telle attitude.

Cibler la cause

Selon Rina Novi, la jalousie prend parfois son origine durant l'enfance. Il peut arriver aussi que cet excès soit le résultat d'un passé amoureux difficile… Aussi, pour le combattre, il faut tout d'abord identifier d'où « le mal » provient. « Un jaloux a des difficultés à se raisonner et à ne pas se laisser envahir par ses doutes et ses fantasmes. Seule une thérapie pourra l'aider à comprendre ce qui - dans son passé amoureux ou dans son enfance - l'incite à croire que les êtres les plus chers pourraient être amenés à le trahir.

Car c'est bien ça qui le mine : la certitude d'une trahison imminente et inévitable, voire même déjà commise », souligne Rina Novi . Elle précise qu'au fil des consultations, la personne jalouse et son thérapeute vont remonter le passé du consultant. Cela permet de retrouver les évènements traumatisants qui font qu'aujourd'hui, un homme ou une femme, est persuadé(e) d'être trahi(e) par les êtres qu'il/elle aime. « Il ne s'agit pas d'une conversation intellectuelle où le thérapeute va dire ‘il ne faut pas être jaloux'. Il s'agit de retrouver les affects de l'enfant blessé pour avoir une chance qu'il s'en débarrasse définitivement ou, du moins, faire en sorte que sa jalousie soit dorénavant supportable pour lui comme pour les autres. »

Une thérapie adaptée à chaque cas

Rina Novi a constaté que parfois une thérapie de couple suffit à faire émerger ce qui - dans l'attitude de l'autre - produit ce sentiment. Toutefois, elle insiste sur le fait que « le plus souvent, une thérapie individuelle s'impose car la jalousie, en tout cas maladive, n'est que rarement la conséquence de l'attitude de l'autre. Elle a un lien profond avec le passé de celui (celle) qui la ressent et doit donc être ‘travaillée'. » Faute de quoi, quels que soient ses différents partenaires, le jaloux aura toujours une bonne raison de penser que sa jalousie est légitime.

Contactez-nous !