Nos voyants vous répondent
au 01 75 75 91 05

Et si entendre la voix des morts était possible ?

Enregistrer la voix des défunts semble une pure folie et pourtant le célèbre inventeur américain Thomas Edison travaillait dés 1870 sur une machine qui permettrait aux disparus d’échanger avec les vivants : le nécrophone… Cette adaptation du phonographe aurait pu permettre d’enregistrer la voix des morts, troublant non ?

Oui, vous avez bien lu Thomas Edison (1847-1931), l’homme aux 1000 brevets, l’inventeur du phonographe, de la chaise électrique, de la lampe à incandescence et de la pile alcaline s’est penché sur une machine qui permettrait de converser avec les disparus : le nécrophone.


La rédaction vous conseille : 

Le channeling, qu'est ce que c'est ? Les réponses de notre spécialiste


Le nécrophone, une invention fascinante

Thomas Edison n’a jamais terminé cette invention et nous avons bien failli tout ignorer de cette période de sa vie jusqu’à ce que Philippe Baudouin, historien à France Inter exhume un incroyable texte d’Edison issu de ses mémoires.

Les mémoires d’Edison sorties après sa mort en 1948 comportaient un dernier chapitre nommé « royaume de l’au-delà » regroupant un texte autobiographique et un ensemble de notes. Afin de protéger sa réputation les proches d’Edison ont alors fait disparaitre cette partie…

A la fin de sa vie Edison est littéralement fasciné par la mort et par l’idée de la survie de l’âme, c’est à ce moment que lui vient l’idée du nécrophone.

Survie de l’âme après la mort : la théorie d’Edison

Edison pense que tout être vivant est composé « d’unités de vie » et que celles-ci s’envolent au décès de la personne. Pour Edison ces petites entités se disséminent dans les terres, conservant les souvenirs de la personne. Il est persuadé que sa machine sera capable de rendre audible ces petites entités de vie flottantes.  


Comme le dit Philippe Baudouin :

« Pour lui, l’âme est un corps invisible qui a une matérialité à travers de très petites substances. Il les appelle les unités de vie, elles se rassembleraient sous forme d’essaim. Ainsi, il était persuadé qu'une fois que la mort a fait son travail, la mémoire se disperse durant un court laps de temps en petites unités métaphysiques qu’une machine pourrait capter, amplifier et porter à l’écoute ».


Science et spiritisme, l’apogée du XIXe siècle

Définition du spiritisme : Doctrine fondée sur l'existence, les manifestations et les enseignements des esprits, le plus souvent des esprits humains désincarnés. (Un humain incarné est employé comme médium entre le monde des humains et le monde des esprits lors des séances spirites.)

La doctrine spirite connait dans la seconde moitié du XIXe siècle une expansion et une popularité importante, notamment dans les milieux intellectuels, littéraires ou savants.

Comme beaucoup de gens à son époque, Edison a grandi dans un cercle familial enclin au spiritisme, rien de plus normal. A la fin du XIXe siècle, beaucoup de scientifiques ne voient pas les recherches psychiques et la science comme incompatibles !

Pour simple exemple Victor Hugo affirme communiquer avec sa fille décédée, Léopoldine et déclare « ceux que nous pleurons ne sont pas absents, ce sont les invisibles. »

Le photographe Édouard Buguet proposait à ses clients leur portrait avec l'esprit d'un être cher disparu.

Edison ira même jusqu’à affirmer que la science doit explorer la question de la vie après la mort…



Nos médiums channel ont l'incroyable don de communiquer avec l'au-delà... Contactez-les pour entendre le message de vos proches disparus.


Je consulte


Et maintenant, où en sont les recherches ?

Les recherches sur ce que l’on nomme la « transcommunication instrumentale » c’est-à-dire la technique qui permet l'enregistrement des voix de l'au-delà par le biais d'un magnétophone ou d'un micro extérieur ne se sont pas arrêtées avec Edison ! D’autres savants très sérieux ont pris le relais…

  • 1959 : Friedrich Jürgenson, peintre et chanteur d’opéra enregistre les oiseaux dans la campagne suédoise. En repassant la bande, il entend « un bruit, vibrant comme un orage »et discerne après un « solo de trompette »une voix d’homme lui parlant des oiseaux de nuit. Il se lance dans l’étude de ces voix électroniques. Si elles ne sont ni des interférences radio ni des messages extra-terrestres, elles sont peut-être celles de morts… Intrigué, il multiplia les enregistrements et capta d’autres voix, dont celle de sa mère…
  • Années 60 : Konstantīns Raudive écrivain et psychologue décide de mener ses propres expériences sur le sujet en utilisant plusieurs techniques comme les magnétophones reliés à des micros fermés ou ouverts, enregistrement de signaux radios réglés entre deux stations ou de sons errants capturées sur le fil téléphonique. En 1968, Raudive publie un livre "L'inaudible devient audible" après avoir analysé 72 000 enregistrements, convaincu que les voix étaient celles de personnes mortes il déclara : «Il ne fait aucun doute que nous avons établi la communication avec un autre monde».
  • 2003 : Alexander MacRae, chercheur en parapsychologie écossais, procéda à des enregistrements dans un laboratoire en Californie. Le local était isolé acoustiquement et protégé des radiations électromagnétiques et il déclara avoir enregistré de nombreuses voix paranormales. Ses conclusions ont été publiées dans le Journal of the Society for Psychical Research en 2005.

Aujourd’hui encore les recherches continuent pour élucider cet étrange phénomène...


CONSULTEZ NOS VOYANTS

Choisissez parmi cette sélection de voyants celui qui saura répondre à vos interrogations sur votre avenir. Consultez les prix, disponibilités, spécialités et les avis pour faire votre choix.

Contactez-nous !